Main Page Sitemap

Last news

Toute note inférieure à 10 est éliminatoire.Sujet 6 : (année 2013 le travail ne protège plus de la grande pauvreté.Suite à la lecture de ce sujet, vous ferez un exposé commenté et vous argumenterez votre réflexion.OUI, on peut tout à fait se passer de viande sans craindre de..
Read more
Planet Sports Seibu Grand Indonesia, seibu Grand Indonesia.Pluit Selatan Raya, Jakarta Utara 14440.1 Skydek Plaza Balikpapan, Klandasan Ilir-Bpp Selatan 76114 bali Planet Sports Lippo Mall Kuta fête des mères 2018 cadeau Icon Bali Lippo Mall Kuta Icon Bali UG10B Jl.Kartika Plaza Lingkar Segara, Kuta - Bali Planet Sports..
Read more

Concours inspecteur analyste dgfip





(SGG, SG des ministères) associer dici le 31 décembre 2018 les préfets de région et les services déconcentrés compétents, soit en les informant soit en recueillant obligatoirement leur avis, dans linstruction des appels à projets nationaux ayant un impact significatif sur leur territoire ;.
9 Synthèse du Rapport public thématique de la Cour des comptes 1 tirage au sort en direct coupe de france LÉtat doit recentrer ses services déconcentrés sur ses missions prioritaires Les missions de lÉtat hotel promo kartu kredit et de ses services déconcentrés restent toujours nombreuses cadeau homme gadget mais leurs moyens se sont affaiblis Depuis 2014, lÉtat a transféré.
(SG des ministères, dgafp, DB) dans le cadre de la mise en œuvre du rifseep, veiller à lharmonisation progressive sur cinq ans des régimes indemnitaires applicables à des fonctions comparables, en donnant priorité aux corps administratifs ;.Il a fallu attendre linter- vention dun arrêté interministériel du 29 décembre 2016, portant sur la déconcentration managériale, pour que soit imposé le recueil systématique de lavis préalable du chef de service sur certains actes relatifs à la situation individuelle des agents placés sous son.Certains ont vu leurs effectifs baisser de manière significative : les services déconcentrés des finances publiques et les administrations sous lautorité des Préfets (de lordre de 10 ) et, à un degré moindre, les services régionaux des Douanes et des directions interdépartementales des routes.Mais, au-delà, cest lélaboration dun plan densemble et de forte ambition que la Cour appelle de ses vœux.Orientation générale n 3 : accélérer ladaptation de lorganisation territoriale des services de lÉtat Orientation : tirer le meilleur parti de léchelon régional.Ces progrès ne doivent pas concerner que les services de lÉtat : ainsi la communication, à ce jour inexistante, entre les logiciels dinstruction des autorisations durbanisme dans les collectivités locales et lapplication utilisée dans les directions départe- mentales des territoires et de la mer (DDT(M).Cest sans doute dans les administrations déconcentrées de la DGFiP, dont lobjectif est de devenir « ladministration numérique de référence que le développement des applications numériques a eu le plus fort impact, tout en disposant encore du potentiel le plus élevé.De tels chevauchements sont encore à lœuvre dans bien dautres domaines (équipement, crédits européens, formation et orientation, vie associative et jeunesse).Ces missions sont devenues des plateformes régionales des achats de lÉtat (pfra) à loccasion de lélargis- sement de leur périmètre dintervention.Le réseau infra-départemental de lÉtat est dense et évolue lentement Le réseau infra-départemental des services de lÉtat doit permettre une meilleure adéquation aux besoins Selon lInsee, la France compte aujourdhui environ 1 700 « bassins de vie 3 ».Orientation générale n 4 : faire davantage confiance aux services déconcentrés dans la gestion mutualisée et décloisonnée de leurs moyens Orientation : déconcentrer et fluidifier la gestion des ressources humaines.
La Cour recommande lélargissement de lexer- cice interdépartemental des fonctions de contrôle, amorcé notamment dans le domaine des contrôles phytosanitaires ou des installations agricoles classées pour la protection de lenvironnement.
La Cour préconise une clarification dans la dévolution des compétences entre lÉtat déconcentré et les collectivités territoriales, en évitant tout partage dattributions, et en utilisant davantage la possibilité pour lÉtat de déléguer ses compétences à une collectivité territoriale 2 1 Ainsi une ordonnance.

Lélargissement de ce programme sest cependant réalisé sans quune cohérence densemble sen dégage  : les dépenses de fonctionnement des préfectures sont ainsi restées en-dehors du périmètre de mutualisation.


[L_RANDNUM-10-999]
Sitemap